X

De la compulsion à la compassion

mandelbrot_47____transmigration___by_olbaid_st-d5iggwr
Il y a chez tout être humain ce désir profond de connaître l’Infini et de se reconnaître dans l’Infini. Ce mouvement naturel d’expansion qu’il soit conscient ou inconscient, se manifeste malgré nous et se cache derrière chacun de nos désirs. C’est la recherche inhérente de l’âme vers la liberté ou Moksha que nous citent les anciens textes sacrés. L’aspiration à la liberté et la paix pour la plupart des gens est perçu comme étant le but spirituel ultime.
Mais ce n’est que l’idée de croire que ce qui se vit est un problème qui finit par nourrir cette poursuite de liberté. Ce qui entrave l’accès à la véritable liberté, c’est le fait que nous ayons déjà tendance à définir ce qui pourrait nous libérer que ce soit le pouvoir, l’argent, l’amour, le voyage, la santé, la connaissance ou la plaie compulsive des dépendances et de la consommation.
Nous cherchons toujours à nous dépasser, à combler nos désirs, à être ailleurs que où nous sommes, et à sortir de ce que l’on perçoit être des barrières. Vraisemblablement, cette quête veut nous conduire vers l’infini et elle exprime la force évolutive et l’aspect naturel de la vie qui nous anime. Toutefois plutôt que de suivre la pulsion naturelle du mouvement d’expansion, en répondant avec responsabilité et créativité, nous cherchons à pacifier une insatisfaction caverneuse en réagissant avec compulsion.
Nous pensons que la liberté soit le résultat d’un travail qui aurait à soustraire toutes les choses et les expériences qui semblent être des problèmes. Nous réagissons donc compulsivement avec les schèmes de pensées et les émotions qui entretiennent cette perception.

Quand en réalité la liberté et la paix est ce qui reste lorsque plus rien en nous ne prétend qu’il y ait un quelconque problème à régler.

Enfin, pour contacter la liberté, qui nous habite, nous sommes invités à reconnaître déjà ce qui est illimité et infini en nous. Il faut accepter d’être responsable, en transformant la compulsion en compassion envers nous-même et la réaction en création envers la vie. La création n’est que de la liberté car nous gagnons le choix d’agir ou pas afin de nous réaliser autrement. Nous devons accepter de répondre consciemment au présent et vider la tête de toutes les histoires qui nous éloignent de la liberté de se recréer. De ce fait, notre monde extérieur ne peut plus déterminer qui nous sommes puisque notre monde intérieur se met en résonnance avec la liberté de l’infini.

Contactez-nous

Questions? Commentaires?

Name: Joanne De Grace
Phone: 819-778-0900 poste211